Bienvenue sur mon blog

Avant de pecher…Observer
7 novembre, 2009, 14:02
Classé dans : La carpe

Prenez le fond et repérer les reliefs

Lorsque vous souhaitez investir un plan d’eau inconnu, ne vous précipitez pas en choisissant un poste au hasard, c’est la meilleure chose à faire pour risquer de vous retrouver bredouille !
Le carpiste doit être avant tout un observateur qui doit s’armer de patience et d’un minimum de bon sens …

Le repérage

Faites absolument une ou plusieurs reconnaissances bien avant votre session.
Essayer de faire le tour du plan d’eau et d’arpenter les berges minutieusement et en toute discrétion.
Là, essayez de débusquez les carpes ou si vous ne les voyez pas, il existe quelques signes et événements qui vous permettront de supposer ou de découvrir leurs lieux de villégiatures. Les voici donc :

Les marmites

La carpe fouine et retourne le fond et la vase pour chercher sa nourriture.
Cette activité a pour effet immédiat de faire remonter bulles d’air et parfois sédiments ou morceaux de feuilles en créant
à la surface bouillons et ondes très caractéristiques qui n’ont pas leur pareil chez d’autres espèces piscicoles.
C’est que l’on appelle « une marmite ». Il n’est pas rare de pouvoir suivre le déplacement des carpes grâce aux marmites qu’elles provoquent … Ces marmites vont vous tracer le chemin qu’empruntent nos carpes pour se nourrir, sachant que cette route est bien souvent toujours la même et elle s’effectue toujours aux mêmes heures.

Les obstacles immergés

Ce sont des  » hotspots  » rêvés pour prétendre attraper une carpe :
une souche, une branche, un groupe de roseaux, des nénuphars, un îlot au milieu du plan d’eau, un jet d’eau, les pilasses d’un pont, …
Autant d’endroits calmes et qui regorgent de nourriture.
Vous pouvez être sûrs du résultat si vous déposez vos lignes juste devant ces hotspots. Observez ces havres de paix si possible à l’aide de jumelles car ils ne sont pas toujours très accessibles pour l’homme, vous y verrez sûrement avec un peu de patience quelques dorsales et marmites révélatrices !Détectez le sens du vent

Vous devez si possible essayer de vous poster face au vent.
En effet, le vent de face à pour effet de  » pousser  » naturellement les poissons sur vos lignes.
Il existe 2 raisons à ce phénomène :

- le vent, en créant une activité de vaguelettes à la surface, va générer une oxygénation naturelle entre deux eaux. Le poisson va alors tout simplement remonter pour s’oxygéner avant de redescendre sur le fond.

- Le vent va créer aussi un courant qui va ainsi rapprocher inéluctablement les carpes de vos montages.

Une seule contrainte néanmoins : le vent du Nord est a éviter car il refroidit le plan d’eau
et incite les carpes à rester sur le fond sans bouger. ( » Vent du Nord, rien ne Mord ! « ).
Pour détecter les vents dominants d’un plan d’eau, il suffit parfois de regarder la courbure naturelle des arbres.
Elle vous en indiquera leur sens.

Prenez la température de l’eau

La température de l’eau est très importante pour estimer l’activité des carpes.
Lorsque l’hiver se rapproche et que les carpes ont emmagasiné durant l’automne une quantité suffisante de nourriture pour attaquer la saison froide, il faut être attentif à la température de l’eau pour espérer encore prendre quelques belles prises.
En dessous de 10°, attendez-vous à des départs moins nombreux et diminuer largement votre amorçage car les carpes sont réellement moins actives, ne se laissant plus trahir par leurs marmites ou autres sauts …
En dessous de 4°, il devient quasi impossible de tenter la moindre carpe. Contrairement aux préjugés, la carpe n’hibernne pas mais simplement ne se nourrit plus.

Prenez le fond et repérer les reliefsPouvoir visualiser les marches, les dépressions, les reliefs, les plateaux et les crevasses, tous les « hotspots » ou changement de la topologie du fond qui pourraient attirer les carpes est primordial.
Utilisez dans ce cas un market float équipé d’une antenne à ailettes.
Le principe est simple : montez un plomb coulissant de 80 à 100 g sur le corps de ligne et attachez le marker float à l’extrémité du fil.
Pour déterminer la profondeur du poste et dès que le montage est sur le fond, ramenez votre fil doucement jusqu’à ce que le market float bute sur le plomb.
Ensuite, mesurer la distance qui sépare votre moulinet du premier anneau de votre canne (40 cm par exemple).
Donner du fil en comptant très exactement le nombre de sections de 40 cm. ce qui aura pour effet de faire remonter le marker float.
Dès que vous visualiser le marker float et que vous avez lâché 10 sections de fil par exemple,
c’est qu’il y a 4 mètres de fond là où vous avez déposé votre montage.

Les techniques de pêche de la carpe

Pour prendre des carpes régulièrement, il faut d’abord les trouver (repérage), et les amorcer, ensuite en fonction de l’endroit, et de la météo, … il faut choisir une ou plusieurs tactiques. 
 

Le repérage

Repérer les carpes à la jumelle (marsouinage). Sonder avec une canne ou un échosondeur. Repérer les changements de niveaux, les cassures, les herbiers, …

L’amorçage

Le  lance-bouillettes (Cobra, …) permet d’envoyer les bouillettes à distance avec précision. Pour les grosses quantités et les longues distances, l’emploi d’un canon à bouillettes sera nécessaire.

Les sacs solubles (PVA) permettent de déposer plusieurs bouillettes ou des graines à proximité de l’hameçon. Pour les bouillettes et les croquettes pour chien il suffit de les enfiler sur un fil soluble en chapelet.
Enfin, ramenez doucement le market float. S’il coûle à nouveau, c’est que vous venez de trouver une fosse, s’il remonte et se couche vous êtes sur une marche.



SA PECHE
1 novembre, 2009, 17:57
Classé dans : La carpe

12936236prova21gif.gif

La carpe a colonisé avec le temps bien des lacs et des rivières ! Même si nos grands-pères péchaient se poisson il y a des années, celle-ci demeurait une pêche confidentielle et les rares prisent n’excédaient généralement pas les 10Kg. La raison en était principalement due au matériel utilisé à cette époque. Mais il y a de cela trois décennies, une passion est venu d’outre-manche. La pêche spécifique de la carpe a débuté dans les années 1970 en Angleterre.
Le montage au cheveu est apparu en 1978 (Kevin Maddocks) Le montage des bas de ligne en tresse, date des années 1980. L’apparition des premières bouillettes, date des années 1982-1983 en Angleterre. En 1985, cette passion arrive discrètement en France. Il y a différentes façons de pêcher la carpe : – La traque, la pêche en bateau, celle du bord en statique (95% de l’action de pêche) et en surface. Elle peut se pêcher en session de plusieurs jours, une journée au bord de l’eau ou de nuit. Cette dernière fait partie de l’engouement de cette pêche auprès des jeunes et demeure commune au matériel utilisé par les carpistes de nos jours. On peut différencier les poissons entre eux au cour d’un combat et savoir si nous avons à faire, à un petit sujet ou une belle mémère !
- Les petites carpes se battent généralement sous la canne, les sujets de 10 à 20Kg sont plus agressifs durant le combat et elles iront chercher les obstacles, le courant pour la rivière etc. La grosse carpe, quand à elle, se sert de son poids pour sa défense. Ce sont généralement les poissons entre 10 et 20Kg, qui offre les plus beaux combats au pêcheur de carpe. La carpe se pêche toute l’année avec plus ou moins de réussite selon les saisons. Pour les débutants, nous conseillons de commencer celle-ci au printemps quand les eaux ce réchauffes. Une carpe sera toujours plus active dans une eau à 12°C ! Car c’est un animal à sang froid, qui réagit selon les conditions climatiques de l’eau. Une trop brusque monter ou descente de la température de l’eau, et c’est l’arrêt nutritionnel du poisson pendant quelques heures ou voir des jours.
- Pourquoi commencer au printemps ? Tout simplement que la carpe va sortir de sa léthargie hivernale et va chercher à se nourrir pour prendre des forces. Cette recherche de nourriture est une aubaine pour le carpiste, car le poisson ne serra pas trop regardant sur le menu proposé au fond de l’eau. La carpe va devoir prendre des forces rapidement, pour la saison de reproduction (La fraye). De plus, à cette époque de l’année, la nourriture naturelle commence juste à éclore !
-La carpe visite différents endroits sur un plan d’eau durant l’année. En premier, se sont les herbiers qui recèlent de nourriture et serviront également pour la fraye. En second, les lieux encombrés d’arbres immergés, les nénuphars, sont des postes de repos. Enfin, les hauts-fonds, le bord des berges, les plages, recèlent de nourriture et les carpes visitent toujours ces lieux durant la journée ou la nuit. Parfois il sera bon de pêcher face au vent, car celui oxygène l’eau et remue le fond par des contres courants. Très favorable en été !



La carpe
31 octobre, 2009, 16:22
Classé dans : La carpe

jimmylambert1.jpgjackylambert1.jpg                                                

Son origine

La Carpe (Cyprinus carpio): poisson appartenant à la famille des Cyprinidés. Elle est originaire d’Extrême-Orient.. La carpe a été introduite en France vraisemblablement par les Romains lors de l’occupation de la Gaule. Par la suite, elle est restée enclose dans les étangs construits par les moines du Moyen Age qui ont inventé la pisciculture, avant de s’en échapper et de coloniser toutes les eaux relativement lentes et profondes de notre pays.

Sa description

La Carpe peut dépasser un mètre de long et atteindre un poids de plus de 30kg. Son espérance de vie n’excède guère une vingtaine d’année. Comparée aux autres Cyprinidés la Carpe à une nageoire dorsale relativement longue. Toutes les carpes portent quatre barbillons caractéristiques: deux sur la lèvre supérieurs et deux aux commissures. La Carpe est dotée de cinq puissantes dents pharyngiennes. La forme de la carpe, naturellement fuselée et moyennement élevée, a été considérablement modifiée par la sélection en pisciculture ( capilliculture), notamment dans l’Est de la France et en Allemagne. La coloration est aussi très différente d’un spécimen à l’autre.

Il existe différentes variétés de Carpes :

La Carpe Commune, au corps entièrement couvert d’écailles (30 à 40 le long de la ligne latérale).
La Carpe Miroir, ne possédant que quelques grandes écailles réparties inégalement sur le dos, les flancs et la base des nageoires.
La Carpe Cuir, dont le corps est totalement dépourvu d’écailles.
La Carpe Koï ou Hi-goï, aux couleurs vives qui est élevée au Japon comme poisson d’ornement pour les bassins de jardins.

La reproduction

Le frai a habituellement lieu de début mai à fin juin, et dépend avant tout de la température de l’eau (18-20°C).Tout permet d’affirmer que le frai se prolonge souvent sur une période de plusieurs jours, voire de plusieurs semaines. Les oeufs adhésifs sont en général libérés dans une eau peu profonde, sur des végétaux aquatiques.

Dans les étangs et les lacs profonds, sans hauts-fonds, on a vu des carpes s’approcher des rives pour frayer sur la végétation en surplomb, voire même sur des racines et branches fibreuses.

Une femelle est généralement accompagnée de deux mâles ou plus, le frai proprement dit se déroule de façon énergique, de telle sorte que les éclaboussures et les claquements des poissons prés de la surface peuvent être audibles sur des distances considérables.

Elle pond environ 100 000 oeufs par kg de son poids. Les petits oeufs, de 1 mm de diamètre, d’un gris translucide, gonflent et deviennent poisseux au contact de l’eau; ils se fixent alors individuellement au milieu, quel qu’il soit, au dessus duquel les carpes fraient. L’éclosion a lieu au bout de 4 à 8 jours, selon la température de l’eau. Les larves nouvellement écloses disposant d’une membrane vitelline dans laquelle elles trouvent leur nourriture. Ces larves ont la faculté de s’accrocher à des plantes, ou bien elles se tiennent au fond, avant de flotter à la surface après deux ou trois jours, pour remplir leur vessie natatoire d’air. Elles peuvent alors nager librement et se nourrissent d’algues microscopiques, de rotifères et de puces d’eau.

La croissance varie et dépend principalement de la quantité de nourriture disponible et de la température de l’eau, mais d’autres facteurs tels que la proportion d’oxygène entrent agilement en jeu. La maturité sexuelle est atteinte vers l’âge de 3 ou 4 ans.

Son alimentation

La carpe est omnivore, elle utilise leurs sens développés de l’odorat et du goût. Elles s’alimentent sur le fond des étangs et des lacs; parfois entre deux eaux et à la surface, et ce particulièrement lorsque la température de l’eau est trés élevée. Leur nourriture naturelle est principalement constituée de crustacés, de vers, de larves d’insectes, de protozoaires, de petits mollusques et de matières végétales telles que algues et graines de plantes aquatiques. On rapporte également la découverte de petits poissons dans l’estomac de carpes, mais on peut généralement penser que ceux-ci étaient morts au moment où la carpe les a avalés.

Son comportement

Les Carpes sont des poissons méfiants. Elles vivent en bancs dans les eaux calmes, étangs, rivières ou lacs. Les grosses carpes vivent solitaires ou en petits groupes de taille semblable. Elles apprécient les eaux ensoleillées à fond sablo-vaseux, riches en herbes aquatiques et obstacles naturels (troncs immergés…). Les bancs effectuent des parcours précis entre les zones de repos et les zones d’alimentation. Leurs trajets sont jalonnés de marsouinages et de sauts. En été, par grosse chaleur, l’activité des Carpes est surtout nocturne. En période de sécheresse, elles peuvent même s’enfouir dans la vase et survivre ainsi plusieurs semaines. En hiver, elles s’engourdissent, et se tiennent prés du fond. Elles passent en vie ralentie et ne sortent que de temps en temps pour s’alimenter un peu. Cependant, leur métabolisme étant ralenti leur alimentation est très réduite; mais il est possible de capturer de jolies carpes en hiver !



Agenda des manifestations
31 octobre, 2009, 16:19
Classé dans : La carpe

L’agenda du pêcheur

Trés bon Bon Médiocre Trés médiocre Interdit
Poissons 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12
Ablette                    
Brème                  
Carpe                    
Chevesne                    
Gardon            
Goujon                        
Rotengle                    
Tanche                      
Anguille                        
Brochet                        
Lotte                        
Perche                        
Sandre                        
Silure                        
Truite                        

Pour aller pêcher ailleurs

Agenda des manifestations dans La carpe blue Calendrier de pêche à la Réunion

De Septembre à Décembre : Daurade, Wahoo, Thon jaune, Voilier, Requin, Bonite, passage de gros Marlins.
De Janvier à Mars : La meilleure période pour la pêche au Marlin, poissons divers.
D’Avril à Mai : Gros Thon jaune, Daurade, Wahoo,  Voilier, Requin, Bonite, passage de gros Marlins.
De Juin à Août : Requin, Thon jaune, Daurade, Bonite.

blue dans La carpe Calendrier de pêche à Saint-Martin

Toute l’année : Marlin bleu (surtout d’avril à septembre) – Thon (surtout janvier à septembre

blue Calendrier de pêche au Nicaragua

Toute l’année : Requin, Marlin rayé, Coriphène, Thon
Juin à Novembre : Marlin noir ou bleu, Espadon voilier (dès le mois de Mai), Espadon commun (dès le mois de Mars)

blue Calendrier de pêche au Sénégal

Toute l’année : Thon, Carangue, Mérou, Dorade, Maquereau bonite
De janvier à Mai : Badèche
De Mai à Novembre : Marlin bleu, Espadon voilier, Coryphène – Espadon de juin à septembre – Requin de mai à décembre
De juin à Décembre : Barracuda

 



Qu’est ce que la carpe moderne
31 octobre, 2009, 12:21
Classé dans : la carpe moderne

photo006.jpg

C’est une technique qui nous vient de nos amis anglais, apparue en France il y a maintenant une bonne vingtaine d’années, se fut une grande révolution à cette époque, aujourd’hui encore très contestée par les anciens et aussi par les pratiquants d’autres techniques surtout par sa démonstration d’articles pimpants et onéreux (rod pod, détecteurs électroniques et tous les attirails qui composent une batterie complète) sans oublier le caractère belliqueux voir extrémiste de certains pratiquants et quelques fois leur pratique très « m’as-tu vu » et « égoïste ».

Il n’empêche que c’est une belle technique sportive que je pratique, loin d’être un expert, elle me passionne pour des tas de raisons mais c’est un autre sujet.

En dehors du pimpant et de l’extravagance quelle peut suscitée, elle fut, si je ne me trompe pas, la première à l’origine de la pêche au posé sans flotteur, la détection de touche se faisant grâce à la traction, que produit la carpe au moment de l’engamage de l’appât ou à celui de sa fuite une fois piquée, sur le fil.

Nous sommes nombreux à avoir commencé avec des cannes télescopiques à carnassiers posées sur un support mono pique avec le frein plus ou moins serré et une masse qui tendait le fil entre la sortie du pik up et le premier anneau (souvent un maillon de chaine en plastique fendu), sur les touches cette masse montait et descendait, sur un départ violent il venait taper le blank et on entendait distinctement le bruit crissent du moulinet qui déroule et du frein qui chauffe.

Aujourd’hui,du moins depuis qu’ils sont devenus abordables, les détecteurs électroniques et les écureuils ou swingers reproduisent exactement la même chose mais avec une plus grande sensibilité et un bruit plus assourdissant (dont justement certains pêcheurs se plaignent) surtout lorsque notre bannière est bien tendue car on peut presque imaginer la carpe entrain de gouter et recracher notre esche, les mono piques ont été remplacés par des rod pod, les cannes sont de plus en plus sensibles dans leurs actions pour notre plus grands plaisir et nos moulinets, certains nous permettent de pêcher à très grandes distances et d’autres débrayables nous permettent eux de prendre rapidement contact avec le poisson.

En dehors de cela, elle nous a apportée de nouvelles méthodes comme le cheveu, de nouvelles esches comme la bouillette, mais tout cela sera je l’espère plus détailler lors de nos futurs échanges.


Les Ateliers de Saraelerose |
teledorothee |
Bienvenue sur la page des i... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les griffons bleu de gascog...
| Les estrildidés
| MON UNIVERS DE MEUBLES EN C...