Bienvenue sur mon blog

l’amorçage Les graines
1 novembre, 2009, 18:23
Classé dans : Les graines

Les graines

 

Les graines sont devenues incontournables et sont la base de l’amorçage pour attirer les carpes.
Il existe aujourd’hui un nombre important de graines appréciées des carpes qui seules ou associés à d’autres, à n’importe quelle saison et dans tout type de plan d’eau sont nécessaires pour réussir votre session.
Le principe consiste avant tout à réaliser un tapis d’amorçage afin de regrouper dans un premier temps un maximum de poissons blancs (gardons, brèmes, tanches, chevesnes, etc …) qui par leur frénésie ne manqueront pas d’attirer les carpes toujours curieuses.

Le maïs

Très appréciée des carpes, cette graine peu coûteuse est généralement la plus utilisée car très digeste, elle apporte également une énergie importante grâce à l’apport de glucides, de glucose et d’amidon.
Le maïs offre plusieurs possibilités d’amorçage et d’eschage en fonction du temps de cuisson.
Très cuit, il va attirer de nombreux poissons favorisant ainsi l’activité sur le coup, moins voire peu cuit, il découragera le poisson blanc par sa dureté et votre tapis restera plus longtemps intact sur le fond.

Préparation :
Laisser tremper votre maïs 48 heures pour qu’il se gorge d’eau et effectuer ensuite une cuisson à feu doux pendant 30 minutes.
Vous pouvez ensuite colorer ou aromatiser votre maïs et également rajouter du sucre en poudre (100gr/kg) ou du sweetner liquide (4ml/kg) utilisé pour la confection de vos bouillettes.

Le blé

Très connue des pêcheurs au coup, cette graine pauvre en protéines mais très riche en amidon est également très appréciée des carpes.
La plupart des poissons blancs en raffolent ce qui déclenche une activité alimentaire importante quand il est présent en grande quantité et surtout très cuit.

Préparation :
Laisser tremper votre blé 48 heures et effectuer ensuite une cuisson à feu doux pendant 25 minutes pour un blé semi dur et de 45 minutes pour un blé bien tendre.

Le chenevis

Le chenevis est sans aucun doute la graine la plus appréciée des carpes.
Une fois cuit, le fruit du chanvre dégage une odeur et surtout une huile qui attirent rapidement les carpes mais aussi le poisson blancs.
Petite, cette graine est très vite consommée. Par conséquent, si votre amorçage est constitué uniquement de chenevis, vous devez prévoir une quantité suffisante sous peine de le voir avalé avant l’arrivée des carpes.
Néanmoins, si vous en distribuez trop sur votre coup, vous risquez que les carpes se détournent de vos esches pour s’en nourrir exclusivement.
Nous vous conseillons de ne pas dépasser les 2 à 3 kg pour la confection de votre tapis.

Préparation :
Laisser tremper votre chenevis 72 heures pour permettre aux graines de germer.
Effectuer ensuite une cuisson à feu doux de 15 minutes.

La cacahuète

Moins utilisée par les carpistes, cette graine est pourtant très riche en huile et en acides aminés.
En petite quantité, les carpes l’apprécient tout particulièrement sauf en hiver où la carpe aura du mal à la digérer.
La cacahuète peut également être utilisée pour l’eschage car elle résiste plutôt bien aux lancers.

Préparation :
Une simple cuisson de 20 à 30 minutes suffit sans trempage préalable.

La noix tigrée ou tigger nuts

Cette graine provenant d’Espagne est devenue en quelques années l’une des graines les plus employées pour pêcher la carpe.
Son apport nutritionnel procure aux carpes, protéines, sucres, matières grasses et vitamines.
Après avoir été ingérée, cette graine n’est pas entièrement digérée par la carpe et après excrétion, elle est encore consommable et crée ainsi un nouvel amorçage.
Par sa dureté, elle résiste aux attaques du poisson blanc et peut rester plusieurs semaines dans l’eau sans pourrir le coup.
On l’utilise en eschage par sa facilité et sa bonne tenue sur le cheveu.
En amorçage, il est conseillé de mélanger noix tigrées complètes et noix tigrées broyées, mélange très attractif.

Préparation :
Après une cuisson de 20 à 30 minutes, vous la laissez absorber l’eau pendant 24 heures après y avoir incorporé plus ou moins 250 gr de sucre par kilo de noix.

Les Pellets

Ces granulés à base d’huile et de farine de poissons représentent une véritable révolution d’amorçage mise au point par nos voisins anglais pour les plans d’eau où la pression de pêche est très forte et face à des carpes très éduquées ou très méfiantes.
Les pellets, grâce à un message olfactif très fort, permettent d’attirer les carpes dans leurs déplacements sur la zone amorcée, mais également, grâce à leur dissolution rapide dans l’eau, de les garder durablement sur le coup puisque à aucun moment elles ne sont gavées !
L’idéal est d’effectuer un rappel en utilisant des pellets de tailles différentes afin d’obtenir différents temps de dissolution. Vous débutez avec des granulés de faible diamètre qui ont pour but de regrouper rapidement les poissons blancs qui de part leur activité attirent les carpes.
Dans un deuxième temps vous déposez vos montages équipés de sacs solubles contenant des pellets de taille plus importante et se délitant plus lentement.
Nous vous conseillons également de confectionner des montages  » tricheurs  » ou  » hamburgers  » à base de bouillettes et de pellets.



LES ESCHES
1 novembre, 2009, 18:14
Classé dans : LES ESCHES

LES ESCHES

Il existe une grande variété d’esches pour la pêche de la carpe. Aborder l’ensemble de celle-ci, demanderai l’écriture d’un ouvrage complet et certainement pas exhaustif, tant ce domaine est varié. De plus, les fabricants d’appâts poursuivent dans ce domaine, des recherches extrêmement poussé et orienté sur les besoins physiologiques des carpes. Les Graines ou esches végétales : Ces appâts sont en générales issues de l’agriculture humaine. Le maïs, le lupin, la fève, la pomme de terre, la cacahuète, le chènevis, la noix tigrée etc… Certaines de ces esches sont connues depuis des décennies pour leurs attraits sur la carpe. Exemple : la pomme de terre, le maïs et le chènevis. La noix tigrée ou souchet en France, est une graine provenant d’Espagne et d’ailleurs. Sont intérêt pour la pêche est sa dureté et sa forte teneur en sucre. Les appâts dit « Camées » : On retrouve parmi eux, les asticots, les vers de terre, vers de berge, les vers de vase etc…….

A noter que l’asticot est une esche reine pour la carpe. Couplé à du maïs en boîte (Appelé Maïs doux), il devient un appât redoutable pour la traque de celle-ci.
Les bouillettes : De forme et de diamètre différentes, elles demeurent l’ultime appât.(Soit en Anglais, l’Ultime Baits). Elle est composée de différentes farines végétales, laitières ou animales. Ces farines sont ensuite mélangées ensembles et formes un mix. On ajoute à ce mix, des oeufs, un parfum, de l’huile, du sweetner et parfois un colorant. A cette base, on peut compléter avec des acides aminés, des farines d’oiseaux et d’autres ingrédients. Les parfums vont du fruité au crémeux, du poisson aux épices. Les bouillettes peuvent être solubles ou flottantes. Les diamètres pourront aller de 8mm à 30mm voir plus. Les recherches vont toujours dans le sens de cet appât et ses ingrédients de base. C’est un des composants de l’évolution de la pêche de la carpe dans notre pays.
Les esches diverses : Si la bouillette à révolutionné le monde de la carpe, il existe pourtant d’autre façons d’appâter cet animal. Ce poisson à un régime omnivore si l’on puis dire ainsi et comme beaucoup d’animaux, elle est opportuniste ! C’est pour cela, qu’on peut la pêcher avec du pain en surface, des fruits de saisons, des bonbons sucres comme les Chamalows, les Fraises Tagada, les Bananes etc…….. Mais aussi avec des carrés de jambon, du gruyère et que sais je encore……..

Lors des amorçages, on emploi des pellets (Petit granulé à base de farine de poisson en générale et distribué en pisciculture. Celui-ci est étudié pour l’accroissement des poissons d’élevages comme la truite, la carpe et autres.) pour faire venir le menu fretin et provoqué un réflexe de nutrition de la carpe. Mais depuis peu, il est possible de pêcher avec ses granulés car ils sont plus gros et fait pour ça.



Le materiel
1 novembre, 2009, 18:07
Classé dans : Le materiel

Les enfants de Jacky

La canne : Il en existe de différentes tailles et puissances. La taille varie de 3.30m, 3.60m et 3.90m soit 12 et 13 pieds. Un pied mesurant 0.30m. La puissance varie de 2 à 4 livres, une livre mesurant 453gr environs. Il y a également trois actions : la parabolique, la semi parabolique et de pointe. Celle-ci sera montée avec différents anneaux. Pour les personnes de petites tailles, les cannes de 3.60m sont conseillées avec une action semi parabolique. Les autres étant plus difficiles à mettre en compressions.
Le moulinet : C’est un point essentiel du matériel, il se doit d’être robuste, étanche et contenir une grosse capacité de fil. Quand au frein, il doit être irréprochable, facile d’accès et extrêmement précis ! N’oublions pas qu’une carpe est une farouche combattante et demeure le plus gros poisson d’eau douce après le silure. On trouve dans le commerce des moulinets avec un certains nombre de roulements.
Ceux-ci servent surtout à la souplesse mécanique du moulinet et à sa longévité. Pour la carpe, il existe deux types de moulinets :
-Les débrayables et ceux à freins avant.
-La différence vient du fait que le premier dispose d’un frein de secours, si on puis dire ainsi ! Lorsque la canne est en action de pêche, on actionne ce mécanisme et cela permet de régler la tension du frein, lors du démarrage d’une carpe. On tourne une fois la manivelle et on bascule sur le frein principal, avec lequel vous finirez la bagarre !
- Pour le deuxième, il fait office de frein principal et dois toujours être réglé au plus juste. Sinon, vous risquez de voir partir la canne à l’eau avec la carpe au bout !

Le détecteur de touche : Se sont des appareils électroniques, qui détectes une tirée du montage posé sur le fond. Ils sont en générales couplés à des indicateurs visuels, nommés swinger, écureuil etc… Ses détecteurs nous informes d’une touche par un bip, couplé à une diode lumineuse qui s’éclair en même temps ! Ils se doivent d’être 100% étanche et d’une grande robustesse. Ceux-ci sont posés sur un repose canne, appelé communément Rod Pod.
Le tapis de réception : Une fois la carpe dans l’épuisette, celle-ci sera posée délicatement sur ce tapis. Pourquoi ? Simplement pour ne pas la blesser avec les cailloux, les déchets de nous autres humains, les branches d’arbres etc… Se tapis se doit d’être mouillé avant de déposer le poisson dessus. Pourquoi ? A fin que celle-ci ne perde pas le mucus (Liquide visqueux autour du poisson) sur son corps. Car la perte d’une écaille, une plaie ouverte, la perte de ce mucus, pourrait entraîner la mort du poisson après l’avoir relâcher ! Les bactéries se trouvant dans l’eau et invisible à notre oeil, infecteraient la plaie. Ceci dépend également de l’âge du poisson et se sont état de santé. Car une carpe peut vivre dans des eaux très polluées et avec peut d’oxygène. Sa longévité est méconnue, on parle d’une trentaine d’années pour les vieux poissons !
L’épuisette : Celle-ci doit être de grande taille et avec un filet à petite maille. A cela s’ajoute une grande quantité de matériel non moins indispensable au confort de pêche.
Le Biwy (Pour les nuits), les petits ustensiles (Plombs, hameçons,Aesse, gaine etc..), les produits de soin spécifique aux poissons, le parapluie, des vêtements chaud et aéré pour l’hiver ‘Le Rod Pod (Pour poser les cannes), le peson (Sert à connaître le poids du poisson), un sac de conservation (Doit être grand et profond) et l’appareil photo. La liste serait trop grande à énumérer, tant les besoins en matériel s’accroisse au fil de nos compétences et de nos pêches. C’est vous qui devrez choisir, en prenant compte des besoins spécifiques de la carpe !
Mais n’oublier pas que sa santé prédomine vos gestes et vos montages.



SA PECHE
1 novembre, 2009, 17:57
Classé dans : La carpe

12936236prova21gif.gif

La carpe a colonisé avec le temps bien des lacs et des rivières ! Même si nos grands-pères péchaient se poisson il y a des années, celle-ci demeurait une pêche confidentielle et les rares prisent n’excédaient généralement pas les 10Kg. La raison en était principalement due au matériel utilisé à cette époque. Mais il y a de cela trois décennies, une passion est venu d’outre-manche. La pêche spécifique de la carpe a débuté dans les années 1970 en Angleterre.
Le montage au cheveu est apparu en 1978 (Kevin Maddocks) Le montage des bas de ligne en tresse, date des années 1980. L’apparition des premières bouillettes, date des années 1982-1983 en Angleterre. En 1985, cette passion arrive discrètement en France. Il y a différentes façons de pêcher la carpe : – La traque, la pêche en bateau, celle du bord en statique (95% de l’action de pêche) et en surface. Elle peut se pêcher en session de plusieurs jours, une journée au bord de l’eau ou de nuit. Cette dernière fait partie de l’engouement de cette pêche auprès des jeunes et demeure commune au matériel utilisé par les carpistes de nos jours. On peut différencier les poissons entre eux au cour d’un combat et savoir si nous avons à faire, à un petit sujet ou une belle mémère !
- Les petites carpes se battent généralement sous la canne, les sujets de 10 à 20Kg sont plus agressifs durant le combat et elles iront chercher les obstacles, le courant pour la rivière etc. La grosse carpe, quand à elle, se sert de son poids pour sa défense. Ce sont généralement les poissons entre 10 et 20Kg, qui offre les plus beaux combats au pêcheur de carpe. La carpe se pêche toute l’année avec plus ou moins de réussite selon les saisons. Pour les débutants, nous conseillons de commencer celle-ci au printemps quand les eaux ce réchauffes. Une carpe sera toujours plus active dans une eau à 12°C ! Car c’est un animal à sang froid, qui réagit selon les conditions climatiques de l’eau. Une trop brusque monter ou descente de la température de l’eau, et c’est l’arrêt nutritionnel du poisson pendant quelques heures ou voir des jours.
- Pourquoi commencer au printemps ? Tout simplement que la carpe va sortir de sa léthargie hivernale et va chercher à se nourrir pour prendre des forces. Cette recherche de nourriture est une aubaine pour le carpiste, car le poisson ne serra pas trop regardant sur le menu proposé au fond de l’eau. La carpe va devoir prendre des forces rapidement, pour la saison de reproduction (La fraye). De plus, à cette époque de l’année, la nourriture naturelle commence juste à éclore !
-La carpe visite différents endroits sur un plan d’eau durant l’année. En premier, se sont les herbiers qui recèlent de nourriture et serviront également pour la fraye. En second, les lieux encombrés d’arbres immergés, les nénuphars, sont des postes de repos. Enfin, les hauts-fonds, le bord des berges, les plages, recèlent de nourriture et les carpes visitent toujours ces lieux durant la journée ou la nuit. Parfois il sera bon de pêcher face au vent, car celui oxygène l’eau et remue le fond par des contres courants. Très favorable en été !



BIOLOGIE DE LA CARPE:
1 novembre, 2009, 17:54
Classé dans : BIOLOGIE DE LA CARPE:

photo2132.jpg

Il existe plusieurs variétés de carpes en France.
-La carpe COMUNE : Elle possède des écailles sur tout le corps.
-La carpe MIROIR : Possède des écailles le long de la ligne latérale du corps et de la nageoire dorsale.
-La carpe CUIR : Ne possède pas ou peu d’écaillés. C’est une espèce très rare! – Ces écailles se trouvant généralement vers la queue.
-L’AMOUR BLANC : Possède des écailles couleurs argents. Son régime alimentaire est exclusivement fait d’herbes et d’algues.
-L’AMOUR ARGENTE : Possède quelques écailles. Son régime alimentaire est fait de micro plancton et d’œufs des autres espèces de poissons. Ces deux poissons, sont distincts des autres espèces de carpes citées ci-dessus ! Ces poissons ont un corps fusiforme et une bouche orienté vers l’avant (Comme l’homme !), alors que la carpe, sa bouche est dirigée vers le fond et elle est rétroactive.
- La carpe KOÏ : C’est un poisson principalement fait pour l’ornement des bassin de parcs publics ou privés. Ça particularité, vient du fait de ses couleurs chatoyantes et bariolées sur le corps. Ses teintes vont du rouge à l’orange, du blanc à point rouge ou noir etc…. La carpe KOÏ, est un poisson fort respecté au japon ou la tradition des carpes d’élevage remonte au moyenne âge. Elle est l’objet de nombreuse attention et il existe des collectionneurs à travers le monde. Des poissons d’eau douce, la carpe est le poisson qui possède le plus gros « cerveau ». Elle est dotée de récepteurs olfactifs et gustatifs, sur tout le corps. Ils sont plus concentrés sur la ligne latérale et plus perfectionnés dans et autour de la bouche ( Barbillons). Elle peut détecter une présence ou un animal par la vue et entendre les sons. (Les pas sur le gravier !) Mais son atout majeur, est sa bouche ou elle peut broyer une moule, grâce à ses dents pharyngiennes, qui sont 7 fois plus puissantes qu’une dentition humaine !



Record du monde de la carpe miroir encore battu ?
31 octobre, 2009, 17:06
Classé dans : Record du monde de la carpe

record10.jpg

Par francois, jeudi 10 janvier 2008 à 14:54 :: Carpes 40.3Kg

 

Le record du monde a été battu: 40.300Kg. cette carpe bat Rainbow (du lac du curton, morte au printemps) de 150g.

Peu d’informations sont données sur la date de la prise. Elle a été prise au lac Luke Moffatt près de Dijon par un anglais.

Souvenez vous, cette prise du 3 novembre 2006 à 20h15 de 38,02kg faite par Pete Fitzsimmons au lac Luke Moffatt.
Son nom est la balafrée. Il y a quelques années, cette carpe a été retrouvée dans l’étang complètement enroulée de fil de pêche. Le propriétaire a embarrassé la carpe du nylon, mais le fil l’avait lacéré sur la circonférence du corps.
Comparez les photos, la nageoire caudale est identique et en plus la balafre est la même.

La seule chose qui est vraiment répugnante c’est que le gérant du lac est un anglais et l’étang est réservé 24H/24H pour les anglais, et nous alors !!!!!

 



L’agenda du pecheur
31 octobre, 2009, 16:55
Classé dans : Non classé

L’agenda du pêcheur

Trés bon Bon Médiocre Trés médiocre Interdit
Poissons 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12
Ablette                    
Brème                  
Carpe                    
Chevesne                    
Gardon            
Goujon                        
Rotengle                    
Tanche                      
Anguille                        
Brochet                        
Lotte                        
Perche                        
Sandre                        
Silure                        
Truite                        

Pour aller pêcher ailleurs

L'agenda du pecheur blue Calendrier de pêche à la Réunion

De Septembre à Décembre : Daurade, Wahoo, Thon jaune, Voilier, Requin, Bonite, passage de gros Marlins.
De Janvier à Mars : La meilleure période pour la pêche au Marlin, poissons divers.
D’Avril à Mai : Gros Thon jaune, Daurade, Wahoo,  Voilier, Requin, Bonite, passage de gros Marlins.
De Juin à Août : Requin, Thon jaune, Daurade, Bonite.

blue Calendrier de pêche à Saint-Martin

Toute l’année : Marlin bleu (surtout d’avril à septembre) – Thon (surtout janvier à septembre

blue Calendrier de pêche au Nicaragua

Toute l’année : Requin, Marlin rayé, Coriphène, Thon
Juin à Novembre : Marlin noir ou bleu, Espadon voilier (dès le mois de Mai), Espadon commun (dès le mois de Mars)

blue Calendrier de pêche au Sénégal

Toute l’année : Thon, Carangue, Mérou, Dorade, Maquereau bonite
De janvier à Mai : Badèche
De Mai à Novembre : Marlin bleu, Espadon voilier, Coryphène – Espadon de juin à septembre – Requin de mai à décembre
De juin à Décembre : Barracuda

 



LA CARPE EN LAC
31 octobre, 2009, 16:48
Classé dans : LA CARPE EN LAC

c079voir.jpg

De part une très belle population de grosses carpes, les lacs français font rêver les carpistes d’Europe entière. Mais la pêche y est souvent très délicate, car il est très difficile dans ces grandes étendues de localiser les poissons!

Plus qu’ailleurs, en lac le sens de l’observation et la connaissance des mœurs et habitudes alimentaires des carpes sont primordiales. Comment sinon les retrouver dans cette petite mer intérieure qui dans la majorité des cas n’offre au pêcheur aucun point de repère ?
De plus, d’autres paramètres rendent la tache encore plus difficile comme la présence fréquente du vent, les fonds très importants, les variations du niveau d’eau ainsi que de la température entre les différentes couches d’eau…
Dans ces conditions, les carpes se déplacent beaucoup et souvent. En fonction des saisons mais aussi de leurs besoins alimentaires ou pour cause de reproduction, elles sont capables de parcourir des distances impressionnantes pour retrouver des secteurs favorables.

Chaque lac est un cas spécifique

Les tenues des carpes varient d’un lac à l’autre. Dans certains, encaissés et sinueux, les berges sont souvent abruptes. La profondeur y est importante et les fonds, souvent sans aucun aménagement mais le résultat du déboisement, peu riches en nourriture. Il n’est pas rare en ces lieux qu’une partie importante du lac soit complètement délaissée par les carpes, tandis qu’elles vont littéralement coloniser d’autres secteurs peu profonds, les criques, îles, hauts-fonds…
D’autres lacs se présentent en forme de grandes cuvettes noyées. Les berges en pente douce sont propices à l’apparition d’herbiers et autres plantes aquatiques, source de nourriture abondante. Dans ce type de lac, les carpes passent au peigne fin ces prairies aquatiques et parcourent inlassablement toujours le même itinéraire.
Dans tous les cas, il s’avère utile de prévoir au minimum une demi journée pour réaliser un sérieux repérage des lieux, du bord pour se familiariser avec les berges, mais aussi en barque, équipé d’un échosondeur, pour découvrir la topographie du lac.

Les valeurs sûres

Les reculées et tous les secteurs peu profonds attirent les carpes en toute saison mais tout particulièrement au printemps car c’est en ces lieux que naît la première végétation aquatique et avec elle des larves et insectes, base de leur alimentation.
Les hauts fonds et les îles sont des postes de tout premier ordre. Plus proches de la surface et donc de la lumière, ils sont souvent tapissés d’herbier où les carpes viennent fouiller, tandis que la proximité immédiate des grands fonds leur permet en cas de danger de s’enfuir rapidement.
Les obstacles subaquatiques comme les arbres noyés, racines, roches… sont d’excellents refuges pour les carpes, mais elles y trouvent aussi de quoi s’alimenter, des vers, larves, coquillages…
Les arrivées d’eau sont une source inépuisable de nourriture qui en plus apportent de l’oxygène, très apprécié des carpes pendant la période des grandes chaleurs.

La stratégie d’amorçage

Dans des endroits peu pêchés, il ne faut pas hésiter à amorcer en grande quantité, à condition que les carpes y soient nombreuses. Peu habituées à cette nourriture abondante, elles vont vite coloniser le coup.
En revanche, dans des lacs avec une importante pression de pêche, il faut savoir patienter suffisamment longtemps pour que les carpes très méfiantes, s’installent sur le coup en toute sécurité.
Dans les deux cas, la stratégie la plus payante consiste à réaliser un tapis de graines afin de rassembler tout d’abord les petits poissons blancs qui de part leur intense activité, vont attirer les carpes. Dans les eaux surpêchées, il peut être intéressant de mélanger avec les graines des pellets* qui auront le rôle d’attractant grâce à leur pouvoir de diffusion très puissant et extrêmement rapide.

Les bons montages

C’est la distance de pêche ainsi que le type de fond qui influent principalement sur le choix du montage. Lorsque l’on pêche proche du bord, dans des zones peu profondes, comme c’est souvent le cas au printemps, pas besoin de montages sophistiques, les classiques auto-ferrants font tout à fait l’affaire. Il suffit seulement d’adapter la forme du plomb à la nature du sol, dur, herbeux…
Le reste de l’année, il est souvent indispensable d’aller chercher les carpes loin des bordures, sur des hauts fonds, proches des îles ou dans des fosses. Dans ce cas-là, seul le montage hélicoptère permet d’expédier l’appât à grande distance sans risque d’emmêlement lors du lancer. Le rajout d’une tête de ligne évite la rupture lors des lancers appuyés, permettant même avec une forte plombée d’utiliser au mieux le nerf de la canne qui doit être puissante, au moins 3 lbs pour une longueur d’environ 13 pieds.

Dans le choix des amorces et des appâts, la période de l’année est un élément non négligeable à prendre en compte. L’été, lorsque les carpes digèrent très vite et se nourrissent beaucoup, les produits utilisés doivent se caractériser par une forte teneur en protéines. A l’inverse, l’hiver quand leur activité alimentaire est réduite au minimum, il convient d’utiliser des produits pauvres qui ne risquent pas de les gaver.



La carpe
31 octobre, 2009, 16:22
Classé dans : La carpe

jimmylambert1.jpgjackylambert1.jpg                                                

Son origine

La Carpe (Cyprinus carpio): poisson appartenant à la famille des Cyprinidés. Elle est originaire d’Extrême-Orient.. La carpe a été introduite en France vraisemblablement par les Romains lors de l’occupation de la Gaule. Par la suite, elle est restée enclose dans les étangs construits par les moines du Moyen Age qui ont inventé la pisciculture, avant de s’en échapper et de coloniser toutes les eaux relativement lentes et profondes de notre pays.

Sa description

La Carpe peut dépasser un mètre de long et atteindre un poids de plus de 30kg. Son espérance de vie n’excède guère une vingtaine d’année. Comparée aux autres Cyprinidés la Carpe à une nageoire dorsale relativement longue. Toutes les carpes portent quatre barbillons caractéristiques: deux sur la lèvre supérieurs et deux aux commissures. La Carpe est dotée de cinq puissantes dents pharyngiennes. La forme de la carpe, naturellement fuselée et moyennement élevée, a été considérablement modifiée par la sélection en pisciculture ( capilliculture), notamment dans l’Est de la France et en Allemagne. La coloration est aussi très différente d’un spécimen à l’autre.

Il existe différentes variétés de Carpes :

La Carpe Commune, au corps entièrement couvert d’écailles (30 à 40 le long de la ligne latérale).
La Carpe Miroir, ne possédant que quelques grandes écailles réparties inégalement sur le dos, les flancs et la base des nageoires.
La Carpe Cuir, dont le corps est totalement dépourvu d’écailles.
La Carpe Koï ou Hi-goï, aux couleurs vives qui est élevée au Japon comme poisson d’ornement pour les bassins de jardins.

La reproduction

Le frai a habituellement lieu de début mai à fin juin, et dépend avant tout de la température de l’eau (18-20°C).Tout permet d’affirmer que le frai se prolonge souvent sur une période de plusieurs jours, voire de plusieurs semaines. Les oeufs adhésifs sont en général libérés dans une eau peu profonde, sur des végétaux aquatiques.

Dans les étangs et les lacs profonds, sans hauts-fonds, on a vu des carpes s’approcher des rives pour frayer sur la végétation en surplomb, voire même sur des racines et branches fibreuses.

Une femelle est généralement accompagnée de deux mâles ou plus, le frai proprement dit se déroule de façon énergique, de telle sorte que les éclaboussures et les claquements des poissons prés de la surface peuvent être audibles sur des distances considérables.

Elle pond environ 100 000 oeufs par kg de son poids. Les petits oeufs, de 1 mm de diamètre, d’un gris translucide, gonflent et deviennent poisseux au contact de l’eau; ils se fixent alors individuellement au milieu, quel qu’il soit, au dessus duquel les carpes fraient. L’éclosion a lieu au bout de 4 à 8 jours, selon la température de l’eau. Les larves nouvellement écloses disposant d’une membrane vitelline dans laquelle elles trouvent leur nourriture. Ces larves ont la faculté de s’accrocher à des plantes, ou bien elles se tiennent au fond, avant de flotter à la surface après deux ou trois jours, pour remplir leur vessie natatoire d’air. Elles peuvent alors nager librement et se nourrissent d’algues microscopiques, de rotifères et de puces d’eau.

La croissance varie et dépend principalement de la quantité de nourriture disponible et de la température de l’eau, mais d’autres facteurs tels que la proportion d’oxygène entrent agilement en jeu. La maturité sexuelle est atteinte vers l’âge de 3 ou 4 ans.

Son alimentation

La carpe est omnivore, elle utilise leurs sens développés de l’odorat et du goût. Elles s’alimentent sur le fond des étangs et des lacs; parfois entre deux eaux et à la surface, et ce particulièrement lorsque la température de l’eau est trés élevée. Leur nourriture naturelle est principalement constituée de crustacés, de vers, de larves d’insectes, de protozoaires, de petits mollusques et de matières végétales telles que algues et graines de plantes aquatiques. On rapporte également la découverte de petits poissons dans l’estomac de carpes, mais on peut généralement penser que ceux-ci étaient morts au moment où la carpe les a avalés.

Son comportement

Les Carpes sont des poissons méfiants. Elles vivent en bancs dans les eaux calmes, étangs, rivières ou lacs. Les grosses carpes vivent solitaires ou en petits groupes de taille semblable. Elles apprécient les eaux ensoleillées à fond sablo-vaseux, riches en herbes aquatiques et obstacles naturels (troncs immergés…). Les bancs effectuent des parcours précis entre les zones de repos et les zones d’alimentation. Leurs trajets sont jalonnés de marsouinages et de sauts. En été, par grosse chaleur, l’activité des Carpes est surtout nocturne. En période de sécheresse, elles peuvent même s’enfouir dans la vase et survivre ainsi plusieurs semaines. En hiver, elles s’engourdissent, et se tiennent prés du fond. Elles passent en vie ralentie et ne sortent que de temps en temps pour s’alimenter un peu. Cependant, leur métabolisme étant ralenti leur alimentation est très réduite; mais il est possible de capturer de jolies carpes en hiver !



Agenda des manifestations
31 octobre, 2009, 16:19
Classé dans : La carpe

L’agenda du pêcheur

Trés bon Bon Médiocre Trés médiocre Interdit
Poissons 01 02 03 04 05 06 07 08 09 10 11 12
Ablette                    
Brème                  
Carpe                    
Chevesne                    
Gardon            
Goujon                        
Rotengle                    
Tanche                      
Anguille                        
Brochet                        
Lotte                        
Perche                        
Sandre                        
Silure                        
Truite                        

Pour aller pêcher ailleurs

Agenda des manifestations dans La carpe blue Calendrier de pêche à la Réunion

De Septembre à Décembre : Daurade, Wahoo, Thon jaune, Voilier, Requin, Bonite, passage de gros Marlins.
De Janvier à Mars : La meilleure période pour la pêche au Marlin, poissons divers.
D’Avril à Mai : Gros Thon jaune, Daurade, Wahoo,  Voilier, Requin, Bonite, passage de gros Marlins.
De Juin à Août : Requin, Thon jaune, Daurade, Bonite.

blue dans La carpe Calendrier de pêche à Saint-Martin

Toute l’année : Marlin bleu (surtout d’avril à septembre) – Thon (surtout janvier à septembre

blue Calendrier de pêche au Nicaragua

Toute l’année : Requin, Marlin rayé, Coriphène, Thon
Juin à Novembre : Marlin noir ou bleu, Espadon voilier (dès le mois de Mai), Espadon commun (dès le mois de Mars)

blue Calendrier de pêche au Sénégal

Toute l’année : Thon, Carangue, Mérou, Dorade, Maquereau bonite
De janvier à Mai : Badèche
De Mai à Novembre : Marlin bleu, Espadon voilier, Coryphène – Espadon de juin à septembre – Requin de mai à décembre
De juin à Décembre : Barracuda

 


1234

Les Ateliers de Saraelerose |
teledorothee |
Bienvenue sur la page des i... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | les griffons bleu de gascog...
| Les estrildidés
| MON UNIVERS DE MEUBLES EN C...